Dans un monde où la nature se mélange avec la société, où il y règne prospérité depuis des générations, où les enfants des étoiles sont exclus et chassés.
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

« Si éclairants soient les grands textes, ils donnent moins de lumière que les premiers flocons de neige. » | Orion

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Orion
Enfant des étoiles
avatar
Localisation : Dans la neige ! *danse*
Messages : 38
MessageSujet: « Si éclairants soient les grands textes, ils donnent moins de lumière que les premiers flocons de neige. » | Orion Mar 29 Avr - 15:30

« FEAT. Jack Frost »
Aerandir Dallen / Orion


Nom : Aerandir
Prénom(s) : Dallen
Age : 23 ans
Signe astrologique : Verseau
Orientation sexuel : Bisexuelle
Groupe :Enfant de la nuit
Pseudo du perso : Orion
Infos : Il n'a jamais été aimé. (cf Histoire)
Double compte : Nop
Crédits des images : (trumbl & Deviantart)

Caractère


A
Arrogant.

Orion est imbu de lui-même, très fière. Là est la simple définition d’arrogance non ? Il ne laisse rien passé quand il s’agit de lui. Une insulte ? Ne chercher même pas ! Il vous retournera une dans la seconde qui suivra. Il ne supporte pas ça. Contre n’importe qui d’autre, mais pas lui. On pourrait presque dire qu’il pète plus haut que son cul. Arrogant. Orgueilleux. Fière quoi. Lui s’est, lui. Au centre du monde. Sa personne est bien plus importante que n’importe quoi d’autre.

C
Cinglé

Orion est fou. Comme n’importe qui après tout. Tout le monde à sa part de folie. Mais étrangement, celle du jeune homme est beaucoup plus développer. Il rigole souvent pour un rien et pense souvent que c’est la faute de l’autre. Ou alors, il oublie ce qu’on lui dit et met la faute sur autrui qui « ne lui aurait jamais dit ». Pourtant, cette folie peut-être calmée quand il le souhaite. Il suffit qu’il se prenne en main et qu’il se concentre (exercice au combien difficile).

D
Direct

Orion n’ira jamais par quatre chemins. La façon la plus simple d’arrivée à destination est bien la ligne droite, et il l’emprunte souvent, voire très souvent. Il ne cachera jamais son dégout pour une personne, une chose. Il trouve cela stupide de toujours vouloir cacher aux autres leurs vraies façons de penser. Peut-être était-ce du à son père, qui était pire que lui ? Il ne savait pas, mais pourtant, cette ligne droite était respectée à chacune de ses rencontres. Et parfois même, Orion était aimer et remercier pour cette sincérité.

I
Inébranlable

Rien ne lui fera changer d’avis. Il est sûr de sa décision, et cela à chaque fois. Pas un moment d’hésitation. Inébranlable quand on lui propose en duel. Il répond calmement. Ce doit être un des seuls moments où il n’est pas fou. Il reste concentré dans sa tache et l’accomplit en prenant des airs de monsieur.  La seule chose qui pourrait lui faire perdre la face c’est bien Elle. Mais elle est bien la seule à l’avoir fait pleurer. A l’avoir cassé. A l’avoir rendu, malheureusement, ce qu’il était maintenant…

L
Loyal

Loyal, est vraiment le bon mot. Loyal, certes, mais envers qui ? Ses amis ? En a-t-il seulement ? S’il en avait, en tout cas, il serait loyal. Car une bonne amitié repose sur la confiance et « l’amour ». S’il entendait cela, il se mettrait à rire. Il n’aimait pas. Personne. Mais si Elle avait réussi, peut-être que quelqu’un d’autre réussirait également. On ne savait pas. Il ne savait pas. Loyal, et ce jusque la mort.  Mais nous revenons encore sur cette même question ? Envers qui ? Il avait été loyale à l’armée, envers ses supérieurs, mais c’était presque comme une... obligation ?

S
Sans-pitié

Sans-pitié. Un pas de travers et c’est la mort assurée. La raison pour laquelle Orion est devenue comme ça nous reste inconnu, mais il se pourrait bien que la mort tragique d’Elle l'ait rendu comme ça. Sans-pitié… Que représentait réellement ce mot pour lui ? Il ne savait pas, vu que personne ne lui avait jamais dit. Il était tellement méchant et spontané dans ses mouvements que jamais personne n’avait trouvé comment lui dire. La franchise n’était pas présente chez tout le monde après tout.

Pourtant, il restait souriant et avec une joie de vivre incommensurable. Il n’était pas toujours méchant et sans-pitié. Il restait après tout un homme et un homme se doit d’être respectable et d’oublier la violence, quelque fois...



Physique


La lumière passe dans cette sombre pièce. Les volets sont pourtant fermés mais, un unique trou filtre ces rayons. Dans cette pièce vide, un homme. Il est debout, en plein milieu de cet endroit comme s'il attendait quelque chose. Les rayons viennent lécher ses membres et le découvrent peu à peu. On peut voir un très grand homme. Approximativement 1m85/90. Sa grande taille pourrait presque, s'il levait les bras, lui faire toucher le plafond. Cet homme soupire et porte notre attention à ses lèvres. Des lèvres fines et blanches. Au-dessus de celles-ci, un nez droit et fin, tout aussi blanc. On peut alors voir que l'intégralité de son visage est blanc. Seuls ses yeux contrastent avec cette pâleur affreuse : ils sont d'un bleu clair étourdissant. Presque surnaturel. De votre vie, vous n'avez jamais vu de tels yeux. Plus haut encore, on distingue une masse blanche qui semble être des cheveux. Cette masse est impeccablement coiffée mais, les mouvements répétitifs du sujet dans ceux-ci nous laisse à penser qu'ils se trouvent être rebelle. Dans ceux-ci, après que la main ne soit passée, on distingue des reflets bleus. D'où viennent-ils ? Sont-ils naturelles ? Personne ne le sait, du moins pas nous. A le regarder en son ensemble, on pourrait presque penser qu’il est très jeune.

Etrangement, après cela, la lumière se baisse comme si le soleil venait de descendre dans le ciel. Cela cache alors l'intégralité du visage du sujet mais, laisse le reste du corps à la lumière.

Habillé tout très léger, il a une carrure réellement imposante. Ses épaules carrées nous laissent à penser qu'il fait beaucoup d'exercices et qu'il doit être musclé d'un peu partout. Si l'on regarde un peu plus en détail, on remarque un sweat bleu clair sans zip avec une poche sur son ventre. Ce qu’il y a d’étrange avec ce sweat, ce doit bien être les nombreuses marques formant des sortes de flocons blancs sur les bords du col,  des manches et de la poche. Sous ce manteau, un simple t-shirt clair. Plus bas encore, un pantacourt marron avec des sortes de lacets sur le bas qui s’enroulent autour de son mollet. Ce pantalon possède de petites poches dans lesquelles il range ses affaires les plus précieuses. Si l'on descend encore avec le soleil, on remarque alors qu’il ne possède pas de chaussure. On peut alors en déduire qu’il n’en porte jamais par l’usure de sa voute plantaire.
Soudain, il laisse tomber son sweat et s’assoit le dos bien droit sur le sol. Au travers de son t-shirt blanc quasi transparent, on remarque bon nombre de marques. Sont-elles là par hasard ou les lui a-t-on faites ? La seule marque qui n’est pas intrigante, ce doit bien être ce tatouage qui s’enroule sur le bas de son dos. Il reste cependant très discret. Celui-ci représente un flocon de neige dans la griffe d’un dragon.  A travers son t-shirt, également, on peut alors remarquer les muscles déduits par supposition plus tôt. On se rend alors compte que ses abdos sont très biens formés et que la ceinture d’Apollon le met à son plus bel avantage.

Puis, sur le sol, on remarque une sorte de bâton. Ce bâton, le jeune homme le tient fermement dans sa main droite. Ce morceau de bois comporte une forme assez particulière. En effet, la forme générale de ce bâton ressemble à un point d’interrogation. Puis, étrangement, sur le manche, de la glace se forme et recouvre l’endroit attrapé.

Puis, comme par magie, la pièce se remplit entièrement de neige….



Histoire


La neige tombe et il regarde vers le ciel. Allongé dans cette étendu blanche, il observe cette couleur magnifique qui lui atterrit en douceur sur le visage.  Plus les minutes passent et plus elle tombe rapidement. Plus elle tombe rapidement et plus le corps du jeune homme se fait recouvrir. La véritable question ici, c’est bien concernant la raison de sa présence et de son immobilité. Qui est-il ? D’où vient-il ? Il ferme les yeux et la neige s’entasse sur ses paupières.

AllBlack. Région peuplé de sauvage et son désert aride qui s’étend sur des kilomètres. C’est ici qu’il est né. Juste né. Car, en effet, à peine après avoir accouché, sa mère offrit son fils à des marchants. Elle leur précisa bien qu’il pourrait en faire ce qu’il voudrait. Malgré ses grands efforts pour réussir à vivre convenablement, elle ne supportait plus d’avoir un fils différent d’elle. Sors bien cruel mais elle ne pouvait ni le garder ni le supporter. Histoire bien compliqué… Le fils avait des cheveux blancs et des yeux d’un bleu éclatant. A cause de cela, il fut alors détesté de sa mère. En effet, sur le continent noir, toute la population, ou la plus grande partie du moins, conservait les cheveux noirs et les yeux noirs des générations précédentes. Autant dire qu’il était complètement différent d’eux et cela était insupportable pour cette jeune mère.  Destin tragique que fut celui de Dallen. Il résida alors sur un bateau marchant jusque ses 6 ans. Pendant ces années, il nettoya le pont et servit les repas des marins. Pour eux, cet enfant n’était qu’un parasite et il ne servait qu’à nettoyer le pont à leur place. Dallen se faisait insulter, taper et cracher dessus. Vint même un moment où il se mit à totalement les ignorer, plus rien n’existait excepter le balais et les plateaux. Il se souvint  avoir souvent prit place à l’avant du bateau pour regarder les vagues se briser sur la coque et réfléchir. Il se demandait alors s’il vivait cela par simple vengeance ou retour des choses ? Après tout, le capitaine du navire l’avait élevé et l’avait nourri. Etait-ce sa part de charge dans cette histoire ? A son âge, il se demandait s’il était juste pour lui de vivre. Pourquoi n’avait-il jamais connu sa mère ? Pourquoi appelait-il cet homme « papa » alors qu’ils n’avaient aucun lien de sang ?

Et puis, un jour… Alors qu’ils débarquaient à la capital, le jeune Dallen s’enfuit. Il n’en pouvait plus de cette vie. Il n’en pouvait plus de ces conditions. Le pont se passerait très bien de lui. Il tenta de se cacher, et il explora les ruelles de cette grande ville. Il ne connaissait rien à cet endroit et c’est probablement pour cela qu’il se fit rattraper et qu’on le reconduisit sur le navire où il fut de corvée pendant encore une année. Cette année fut encore plus longue et horrible que les autres. Après tout, il avait tenté de s’enfuir et cela n’avait certainement pas plut au capitaine. Non seulement le pont, mais également la soute et les dortoirs des matelots. Lui, qui, avant, avait réussi à marchander pour ne pas se les faire en plus, se retrouvait avec sa pire crainte. Les navigants se mirent alors à être encore plus sale qu’à l’accoutumer mais le nettoyage devait cependant être fait. On ne comptera pas le nombre de fois où Dallen s’est arrêté de nettoyer pour monter sur le pont et vomir par-dessus les barrières. Pour sa fuite et ses mauvais agissements, il fut puni. On le marqua au fer brulant d’une étoile sur l’aine. Le capitaine voulait qu’il la voie et que cela lui fasse le plus mal possible. Cet homme le détestait. Et ce n’était pas sans dire pour Dallen. La marque cicatrisa finalement et ils retournèrent à la capitale. Cette fois-ci, il réussirait. Et, bien caché dans des endroits qu’il avait repérés la fois d’avant, les gens du navire de son « père » passèrent devant lui sans le voir. Ce fut alors comme une délivrance pour lui. Il allait enfin vivre sa vie et plus celle qu’on lui imposait. Il erra longtemps dans ces rues à la recherche de nourriture ou de compagnie. Puis, il se trouva alors devant un immense bâtiment qui allait bientôt habité ses journées.
Il était devant les portes d’un orphelinat. Mais pas un orphelinat comme les autres…

Les années passaient et le jeune Dallen grandissait. Il devint très grand, et il arriva rapidement au mètre soixante-dix. Les journées s’enchainaient et se ressemblaient toutes. Il se levait, allait prendre son petit déjeuner en silence, s’asseyait quelques heures au bord d’une des fontaines du jardin, allait manger son déjeuner, retournait s’assoir, allait prendre son diner, se douchait et retournait dans le jardin regarder le ciel. Les journées devenaient même de plus en plus longue… Dallen regardait le ciel. Il se souvint même avoir prit le lit le plus proche d’une fenêtre pour observer encore et encore ce ciel. Il lui semblait que quelque chose de singulier se produisait entre lui et l’étendue au dessus de sa tête. Il ne passait pas un moment sans qu’il pense et qu’il regarde ce bleu. Les dames de l’orphelinat avaient souvent essayé de l’intéresser à autre chose, mais rien à faire. Elles avaient alors fini par le détester. Elles ne comprenaient tout simplement pas comment il faisait pour ne rien faire de ces journées et ne pas vouloir qu’on le présente à des familles. Elles avaient tout tenté. Le forcer ? L’enfermer ? Rien n’avait fonctionné. Les nouveaux arrivants le détestaient également. Mais pour une toute autre raison. En effet, ses cheveux blancs n’intriguaient pas que la mère de l’enfant. Tous les enfants le regardait de travers et l’appelait « le vieux ». Plus les années passaient et plus il perdait toutes envies. Il n’eu bientôt plus envie de manger, plus envie de dormir et plus envie de parler…

On lui trouva bientôt une famille d’accueil. Une famille dans laquelle il ne fut pas voulu. Une famille qui le détesta dès le début mais ne dis rien. Après tout, on le leur avait imposé car il se faisait vieux. Il vécu alors dans un endroit aussi séré et sans émotions que l’orphelinat. Il se demandait souvent pourquoi il était venu dans cet orphelinat. Il n’était pas orphelins lui. On l’avait vendu et il n’avait jamais connu ses vrais parents. Il avait choisis de s’enfuir pour venir ici, car après tout, ce devait bien être le seul endroit à vouloir de lui et à bien vouloir lui donner à manger et de quoi se vêtir. Pendant ces années chez cette famille, il continua de regarder le ciel comme il l’avait toujours fait. Et ces points lumineux qu’il avait toujours vus  l’intriguaient de plus en plus. Personne n’en parlait. C’était un peu comme s’ils n’existaient pas. Alors, pourquoi les voyaient-ils lui ? Et puis, un jour, il osa poser la question à ses « parents ». Ceux-ci se regardèrent, le regardèrent, et une lueur malsaine vint prendre place dans les yeux des adultes. A partir de ce moment là, la famille se mit à agir en famille avec lui. Il ne fut plus mis à l’écart et il pensa qu’on commençait à l’aimer. Cependant, ils ne lui avaient pas répondu, du moins, un simple : « C’est rien du tout. ». Sa chambre changea alors de place et il se mit à dormir dans la cave, endroit d’où il ne pouvait voir les étoiles. Les jours passaient et tout semblait s’améliorer. Il semblait être heureux.

Mais un jour, tout bascula sans qu’il comprenne vraiment. Les parents se mirent à le taper et à la traiter de moins que rien. Pendant des jours, des semaines, des mois, des années, il se fit maltraiter. Il tentait cependant de garder le sourire et de vivre positivement. Des hommes en blancs vinrent alors dans la maison pour l’examiner. Ils vinrent alors tous les deux jours puis toutes les semaines. Il ne savait pas trop qui ils étaient, mais ce qu’il savait c’était bien qu’ils ne lui faisaient pas faire du sport ou de la gym.

Le jour de ses 18 ans, Dallen en eu assez et dans un excès de folie, déchaina de la glace sur les parents. Ceux-ci finirent alors congelés. Mais, prit d’un deuxième excès, il frappa dans les statues et celle-ci se brisèrent. Il ne savait vraiment pas d’où venait cette glace, mais pour le moment, c’était le cadet de ses soucis. Bientôt, il se fit arrêter par la police et il fut enfermé dans une cellule, en quarantaine. Il y resta 5 ans avant d’être finalement relâcher. Pendant ces cinq années, il contrôla cette glace qui était sortit, à la base sous coup de colère. Il eu tout le temps de comprendre comment et pourquoi cela fonctionnait. Il n’avait parlé à personne des étoiles qu’il voyait, encore, par sa fenêtre le soir et se taisait. Il était devenu le prisonnier silencieux. Il avait assez eu avec ceux pour lesquels on l’avait enfermé. Il ne voulait certainement plus recommencer. Une fois qu’il fut sortit, et qu’il pu enfin voir les étoiles sans barreaux, il commença une nouvelle vie. Il lui arriva un jour de se prendre un homme. Celui-ci lui était totalement rentré dedans avant de s'enfuir comme un lâche. Cette attitude déplut alors énormément à Dallen qui le pourchassa. Sa poursuite le mena jusque sous terre. Endroit bien étrange que cette ville qu'il découvrit alors sous une autre ville. Il n'avait jamais entendu parler de cela. Il ouvrit grand les yeux et chercha de nouveau l'homme qui venait de la bousculer. Il vit une touffe blonde et la prit de nouveau en chasse. Finalement, après beaucoup de passage dans les mêmes rues et à force de tourner en rond, il abandonna. Dallen explora alors les souterrains et découvrit ce monde qui s'étendait sous la capitale. Il se trouva un petit job qu’il n’aimait pas trop, mais cela lui suffisait pour se payer un appartement aux Maisons du Solstice. Il changea alors de nom pour ne plus avoir à faire avec la police. Il devint : Orion.

Après cela, il en découvrit plus sur ses pouvoirs et sur ce qu’il était. Il passa des jours enfermés dans son appartement à lire des livres qu’il n’avait jamais vu. Dallen découvrit alors qu’il était un divergeant, un enfant de la nuit. Il se doutait bien que quelque chose n’allait pas avec lui, mais de là à être un reclus de la société… Il vécu alors, comme il pu, payant ses factures tous les mois et allant au travail comme un homme normal.

Il voulait être normal et surtout… Aimé.  


Qui se cache derrière l'écran...



Je m'appelle Flavie mais on me connait sous le pseudo Vie ou de Chaton . J'ai 17 ans et toutes mes dents. J'ai connu le forum car Je suis Co-fonda =) et je le trouve plutôt Carrément génial oui ! En lisant le règlement, j'ai vu qu'il y avait un code et le code que j'ai trouvé est Code validé par Nova ♥, je fais du rp depuis 4 et demi (je crois) et j'aime ça. J'ai envie de vous dire que J'aime les pèches =D! Ah oui j'allais oublier, voilà un modèle de rp simplement pour vous faire voir ce que je sais faire mais attention il est caché.

Spoiler:
 
code by Jess & Vie




_______________________________________________________________________________


Manipulation de la Neige


Description du pouvoir

Orion est un élémentaliste. Il contrôle la neige. Dès son plus jeune âge, il sut maitriser cette élément difficile à comprendre et à en utiliser comme bon lui semblait. Il peux en faire apparaitre ou encore utiliser celle qu'il possède à disposition. Dans certaines légendes, on raconte qu'un homme amenait la neige et l'hiver, Orion se demande souvent s'il n'en ai pas le descendant ou encore si ce n'est pas lui. Question qui réside encore dans son esprit. Cependant, son pouvoir ne s'est pas encore complètement développé. En effet, il n'a pas la force mental de" l'améliorer encore Ces années passées en prison lui a permis d'avoir une grande avance sur la plupart des autre enfants des étoiles, mais un niveau manque à son palmarès. Il s'agit de réchauffer la neige pour en faire de l'eau et ainsi obtenir le premier niveau de contrôle de l'eau.



Point faible de votre pouvoir

Orion a une faiblesse. Du moins deux si l'on compte que le jour, il ne peux presque rien faire avec sa neige. Donc, sa faiblesse c'est lui même. En effet, il arrive parfois que sa neige se retourne contre lui et lui rende les choses difficiles. Parfois même, il lui arrive d'avoir des migraines. Elles engendrent des folies et des paralysie temporaires. De ce fait, il fait très attention à comment il utilise son pouvoir.






Dernière édition par Orion le Mer 10 Sep - 19:15, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nova
Enfant des étoiles
avatar
Localisation : Derrière mon appareil photo *clic clic*
Messages : 137
MessageSujet: Re: « Si éclairants soient les grands textes, ils donnent moins de lumière que les premiers flocons de neige. » | Orion Mar 13 Mai - 8:20

Pour moi tout est bon, j'ai quant même modifié la couleur de ta fiche ( pardonne moi mais c'était pour mes pauvres nœil ;;A;; )

Bref je te valide ♥


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

« Si éclairants soient les grands textes, ils donnent moins de lumière que les premiers flocons de neige. » | Orion

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Children of stars, enfants des étoiles :: Le début de l'histoire :: Présentations et prédéfinis :: Présentation validé :: Enfants des étoiles-